Dossier : Réflexions sur l'Union européenne et l'Euro

La construction européenne ou Union Européenne rassemble actuellement 27 pays et elle est régie par le Traité sur l'Union européenne (TUE) et le Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), dans leurs versions actuelles, depuis le 1er décembre 2009 et l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

En clair, si vous êtes citoyen européen, votre pays suit à la lettre ces 2 traités ![1]

Le 29 mai 2005, avec 70% de participation, les français ont rejeté le traité européen par referendum. Quelle plus belle preuve de déchéance démocratique que de constater que les parlementaires ratifieront seulement 2 ans plus tard, un traité quasi-similaire au précédent, rejeté par 54,7% des français.

Il est fort probable que vous n’ayez jamais lu le TFUE. Le dialecte utilisé n’est pas facile d’accès et l’étudier en profondeur prend du temps. Cependant, il ne faut pas chercher loin dans le document…Notre impuissance politique est écrite noir sur blanc dès les premiers articles…

art-3.png

 

Sur ces sujets, les députés ne peuvent que voter la transposition en droit interne. Les États n’ont même plus leur mot à dire ! La commission européenne a le monopole de proposition. Et les domaines concernés ne sont pas des moindres : les flux de capitaux, la valeur du taux de change, la privatisation des établissements publics, la politique monétaire et commerciale… 

monti-mario-3.png

 

N.B. : sa précédente citation nous oblige à rappeler qu’en 2011, Mario Monti a été NOMMÉ président du conseil italien. Il devint alors le deuxième chef d’État au pouvoir en Europe sans même une élection. Lukas Papademos en Grèce fut lui aussi un chef d’État européen non-élu, ces deux dirigeants sont en étroite relation avec Goldman Sachs [2]. En Rome antique, lorsqu’une personne était nommée aux plus hautes fonctions de l’État sans élection, il était appelé « Dictateur ».  Le nom de Mario Monti ne s’est jamais retrouvé sur un bulletin de vote, tout comme la totalité des membres de la commission européenne et de la BCE…Cela fait réfléchir, non?

L’article suivant réduit encore un peu plus la marge de manœuvre qu’ont nos dirigeants sur les prises de décisions:

art-4.png

Point important : L’essentiel de nos lois et règlements nationaux sont des simples transpositions des directives européennes ! Croire que c’est son gouvernement qui prend les décisions sur les sujets précédemment cités est une vue de l’esprit ! La loi nous oblige à nous soumettre à ces traitésc’est donc la commission européenne non élue qui décide les lois qui impactent le plus nos vies…Lister tous les articles du TFUE qui provoquent notre impuissance politique serait bien trop long. Voici donc un petit florilège afin de mieux cerner les conséquences qu’à la construction européenne sur nos vies :

1)     Le TFUE et l’économie :

  • Article 121 [1]: fixe le fonctionnement des GOPE (Grandes orientations des politiques économiques). Pour résumer, c’est la commission européenne (non élue) qui fixe les objectifs économiques. Si un État membre ne les respecte pas, la commission adresse un avertissement. « […] le Conseil statue sans tenir compte du vote du membre du Conseil représentant l’État membre concerné. » 

 

  • Article 282 [1]: Qui fixe l’objectif principal de la Banque Centrale Européenne (ses dirigeants sont non élus). Son but est de maintenir la stabilité des prix. La B.C.E. n’a aucun objectif de taux de change externe de l’Euro, aucun objectif de plein emploi ni aucun objectif de maintien des industries nationales.

 

  • Le Traité budgétaire européen : l’adoption de ce texte (TSCG) nous retire un de nos derniers moyens de souveraineté nationale. En effet, le budget des États n’est plus de ressort national mais de l’Europe. La commission européenne (non élue) a fixé une limite des déficits publics à 3% (la règle d’or). Si les États ne respectent pas cette règle, ils se verront dans l’obligation d’imposer l’austérité à leur peuple : baisse du pouvoir d’achat, vente du patrimoine national, augmentation des impôts, taxes diverses, privatisation d’entreprises, etc…

 

 2) L’union européenne et la santé : 

-Interdites depuis la crise de la vache folle en 1994, les farines animales vont être autorisées à compter du 1er juin 2013[3]

-Le 21 avril 2007: les autorités européennes sont averties que l’huile de Saipol comporte de l’huile de moteur hautement toxique et cancérigène. Le 5 mai 2007, l’UE autorise à hauteur de 10% l’huile de moteur dans les produits alimentaires! (mayonnaises, plats cuisinés, vinaigrette industrielle et les conserves à l’huile) [4]

-L’union européenne n’interdit pas la viande clonée, elle vient même d’en interdire l’étiquetage. [5]

-31 mars 2011, l’UE a triplé les doses de césium 136 autorisé dans les aliments! (pour ceux venant du Japon après Fukushima afin de ne pas dégrader les importations!)

Lors de la prise de toutes ces décisions, il faudrait être assez braqué pour ne pas voir que ce sont les intérêts financiers qui sont pris en compte et non les doléances du peuple européen. 

chirac.png

Précisons ici que, malgré toutes les promesses, malgré tous les beaux discours, le bilan de nos politiques est désastreux. L’euro n’a pas réalisé ses promesses et il va même à l’encontre de celles-ci : le chômage augmente inexorablement et la crise des dettes publiques est à son paroxysme, nos entreprises délocalisent, les pays se désindustrialisent…

Point important : Que l’on soit pour ou contre la construction européenne, il est irréfutable que les médias n’accordent aucun temps de parole aux personnes anti-européennes. Vous n’avez donc surement jamais entendu d’arguments contre l’U.E. Si le cœur vous en dit, les conférences de François Asselineau (fondateur de l’UPR, eurosceptique) sont disponibles gratuitement ci-dessous. Loin de nous l’idée de promouvoir ses idées ou d’y adhérer, il nous est nécessaire de rappeler que la démocratie s’associe toujours à l’expression de la pluralité des opinions…

Le but de ce texte était d’alarmer le lecteur sur le déni démocratique mise en place au sein de l’U.E. Des chefs d’État non élus, des referendums non pris en compte, une banque centrale indépendante non élue, les pressions des lobbyistes. Le peuple n’a plus son mot à dire! Le traité sur le fonctionnement de l’U.E. oblige nos dirigeants à se plier face aux exigences de Bruxelles et de sa commission. Il apparaît donc clairement que le vote de chaque citoyen européen ne pèsera pas lourd face à l’appétit des dirigeants européens non élus.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×