Dossier: "Géopolitique et guerres"

Il y a t'il toujours une bonne raison d'entrer en guerre? 

Que cela soit l’OTAN, les États-Unis ou la France, ils ont déclenché à eux seuls plus de 5 conflits majeurs sur la planète ces 10 dernières années, principalement en Afrique et au Moyen-Orient. Pour la plupart, si ce n’est pour tous, l’intérêt économique était toujours l’enjeu principal de ces conflits. La justification officielle était toujours de défaire le tyran qui exploitait son peuple. 

ATTENTION! Loin de nous l’idée de dé-diaboliser la tyrannie de ces régimes! Nous pourrions envisager des "ingérences" extérieures pour "sauver" d'un dictateur le peuple d'un pays mais alors: pourquoi n'intervenons-nous pas au Darfour? Au Congo? En Arabie Saoudite? Etc... En fait, ce que nous faisons remarquer, c'est que les interventions se font TOUJOURS lorsqu'il y a intérêt financier derrière: lithium en Afghanistan, uranium au Mali, pétrole en Irak...

Il est aussi nécessaire de noter que les nations « va-t’en guerre » laissent les pays dans un pire état qu’il ne l’était auparavant: économiquement et socialement parlant...

L’armée est nécessaire car elle est garante de notre souveraineté et nous protège des réelles menaces. Mais est-ce aux personnes détenant un intérêt économique de décider du pourquoi d’une guerre?

L'exemple parfait: le témoignage de Wesley Clark

"C’est bien pire que ça […] j’ai reçu ce mémo du secrétaire à la défense qui dit que nous allons attaquer et détruire les gouvernements dans 7 pays sur 5 ans : Irak, Syrie, Liban, Libye, Somalie, Soudan et Iran"

Cette déclaration fit trembler le pentagone! Datant de 2 semaines après le 11 septembre 2001, le mémo que nous décrit Clark s'est réalisé presque à la perfection! Le gouvernement de 6 pays a été détruit, reste juste l'Iran sur la liste...

 

Quelques exemples

Le conflit malien

Le Vénézuela

La Lybie

La Syrie

Un livre important, le grand échiquier de Zbigniew Brzeziński

Description de cette image, également commentée ci-aprèsBrzeziński est un politologue américain d'origine polonaise. Il a été conseiller à la sécurité nationale du Président des États-Unis Jimmy Carter, de 1977 à 1981.

Sa théorie exposée dans cet ouvrage se base sur l'idée que l'amélioration du monde et sa stabilité dépendent du maintien de l'hégémonie américaine. Toute puissance concurrente est dès lors considérée comme une menace pour la stabilité mondiale. Son discours est franc et direct, ce qui n'exclut pas un certain cynisme.

Un livre important donc, qui sert à se mettre dans la tête du gouvernement états-unien, et de mieux cerner les tenants et aboutissants de la géopolitique actuelle.

Pour lire ou télécharger le livre, c'est ICI.

Les confessions d'un assassin financier

John Perkins

Les drones états-uniens

Documentaire, 50 min

Terroriste: Personne qui utilise la terreur et la violence pour imposer ses idées politiques ou son autorité (définition l'internaute)


Que penser des drônes utilisés par l'administration Obama?

Ces drones ou tué des milliers de civils (plus de 3400 au Pakistan) pour cibler des présumés terroristes. Terroristes éxécutés sans procès, sans jugement...Pour chaque terroriste tué, 50 innocents sont mis dans la case "Dégat collatéral"

Doc CHOC à voir!

La propagande de guerre

Michel Collon est un historien et journaliste fondateur de Investig'actionIl est spécialisé dans l’analyse des stratégies de guerre, des relations Nord-Sud et des médiamensonges.

Comment les médias occidentaux ont-ils couvert les diverses guerres qui ont suivi la première guerre du Golfe? Peut-on dresser des constats communs? Existe-t-il des règles incontournables de la «propagande de guerre»? Oui.

1. Cacher les intérêts. Nos gouvernements se battent pour les droits de l’homme, la paix ou quelque autre noble idéal. Ne jamais présenter la guerre comme un conflit entre des intérêts économiques et sociaux opposés.


2. Diaboliser. Pour obtenir le soutien de l’opinion, préparer chaque guerre par un grand médiamensonge spectaculaire. Puis continuer à diaboliser l’adversaire particulièrement en ressassant des images d’atrocités.


3. Pas d’Histoire ! Cacher l’histoire et la géographie de la région. Ce qui rend incompréhensibles les conflits locaux attisés, voire provoqués par les grandes puissances elles-mêmes.


4. Organiser l’amnésie. Eviter tout rappel sérieux des précédentes manipulations médiatiques. Cela rendrait le public trop méfiant.

 

Règle n° 1. Cacher les intérêts


La règle la plus fondamentale de la propagande de guerre, c’est de cacher que ces guerres sont menées pour des intérêts économiques bien précis, ceux des multinationales. Qu’il s’agisse de contrôler les matières premières stratégiques ou les routes du pétrole et du gaz, qu’il s’agisse d’ouvrir les marchés et de briser les Etats trop indépendants, qu’il s’agisse de détruire tout pays pouvant représenter une alternative au système, les guerres sont toujours économiques en définitive. Jamais humanitaires. Pourtant, à chaque fois, c’est le contraire qu’on raconte à l’opinion.
La première guerre contre l’Irak a été présentée à l’époque comme une guerre pour faire respecter le droit international. Alors que les véritables objectifs, exprimés dans divers documents – même pas internes – du régime US étaient : 1. Abattre un régime qui appelait les pays arabes à s’unir pour résister à Israël et aux Etats-Unis. 2. Garder le contrôle sur l’ensemble du pétrole du Moyen-Orient. 3. Installer des bases militaires dans une Arabie saoudite déjà réticente. Il est très instructif, et cocasse, de relire aujourd’hui les nobles déclarations faites à l’époque par la presse européenne européenne sur les nobles motivations de la pr